programme

Construction d’une maroquinerie comprenant ateliers, zones de stockage, lieux de vie et de restauration, salles de réunion, parc de stationnement paysagé

localisation

Région bordelaise

maître d’ouvrage

privé

mission

mission de base

surface

5 580 m²

coût

12 507 000 € HT

performances environnementales

RT2012 -50% , BEPOS Effinergie

statut

Livraison en Décembre 2020

 

Maroquinerie de Guyenne

 

Le projet consiste à ériger un lieu endogène dont l’architecture puissante véhicule une culture d’entreprise. L’édifice est déposé dans un espace naturel sans relief que domine la silhouette du pont franchissant le fleuve de la Dordogne. Il exploite cette dimension horizontale en fondant ses lignes, et celle du parc de stationnement, dans les traces naturelles de la plaine alluviale.
Les stationnements paysagés sont rejetés à l’arrière du site, au sud, afin de rendre visible la façade nord depuis la route. Elle affiche une horizontalité franche qui ancre l’édifice avec élégance dans le paysage et en dévoile par intermittence l’intérieur grâce au rythme des travées. Celles-ci alternent les parois vitrées et pleines habillées de bardage en Pin des Landes. Au sud, la mise en scène du paysage est introduite par le jeu mimétique de l‘architecture dotée d’ombrières avec les sujets végétaux.
La structure principale de l’édifice est constituée d’une charpente bois-métal, soutenant des toitures couvertes d’une membrane PVC, sur lesquelles sont installés des panneaux solaires. Les pignons Est et Ouest sont réalisés en béton brut.
Le plan se divise en trois nefs étirées d’est en ouest. Elles adoptent un profil en shed pour capter la lumière douce et immuable du nord et irriguer les espaces de travail. Ceux-ci sont disposés côté route, séparés des espaces de convivialité et des locaux particuliers au sud par une large nef centrale. En position centrale, les espaces communs d’accueil, de détente et de restauration fonctionnent comme un trait d’union entre le parking et le jardin extérieur au sud et le grand espace servant qu’est la nef médiane. Cette porosité des espaces permet d’accueillir l’usager et de guider naturellement son parcours vers les espaces de fabrication qui émergent rapidement dans son champ visuel. Lorsqu’il entre et quitte la maroquinerie, l’usager chemine sous les ombrières en acier galvanisé, traverse les terrasses en bois qui prolongent les espaces de vie intérieurs. Le glissement progressif de la canopée de métal et de bois vers les feuillages des arbres poétise le seuil de l’édifice et enchante l’univers de l’artisan.

 

Texte © Julie Gimbal

Photographies © Vincent Monthiers