x

programme

Aménagement extérieur du plateau de l’atalaye
clos couvert de la boutique du musée
aménagement de la nouvelle entrée du musée

localisation

Biarritz

maître d’ouvrage

Vinci en PPP pour la mairie de biarritz

surface

600 m²

coût

2 500 000 € HT

statut

Livraison en juillet 2011

Intégration paysagère au musée de la mer, Biarritz

Sur un promontoire rocheux face à l’océan, le musée de la mer érigé en 1933 développe des formes géométriques et des lignes graphiques caractéristiques du style Art Déco. Le projet modificatif concerne la création d’une nouvelle entrée ainsi que l’installation de la boutique et de locaux techniques en haut du plateau, au terme du parcours de visite.
Prenant le contre-pied des animations moulurées de l’ancienne façade, l’entrée du bâtiment développe des surfaces planes et fragmentées qui viennent obombrer l’entrée signalée par un voile de verre. Ses lignes expressives s’alignent sur la façade Art Déco pour mieux s’en affranchir, enrichissent ainsi l’élévation historique d’une expression contemporaine et connectent l’ensemble architectural au site rocheux. Par ses effets d’enroulement et de déhanchement, cette extension fonctionne comme une charnière entre le vieux musée et la falaise. Le visiteur qui pénètre à l’intérieur est instantanément happé par le parcours déterminé par le plan. Au terme d’un itinéraire de visite développé sur quatre niveaux, la sortie du musée ouvre sur le sommet du site, faisant passer le visiteur de l’obscurité à la pleine lumière. Là, le travail sur la fusion entre l’architectural et le paysager s’intensifie. Conçue comme une émergence du site rocheux, la nouvelle boutique résulte d’un travail de couture entre l’architecture et le site. L’escalier de sortie élonge ce volume prismatique et végétalisé jusqu’au parvis minéral griffé d’herbe. Le jeu de pliure ainsi mis en scène ménage une pluralité de perspectives en fonction des cheminements qui escaladent le plateau au nord, à l’ouest depuis l’entrée et à l’est depuis le Vieux Port (accès livraison). Car c’est en imaginant la séquence des vues du bâtiment que sont déterminés contours et volumes, ajustés grâce à l’outil 3D.